Manifestation de solidarité du Nouvel An devant les prisons à Laval et retour sur la situation à Leclerc

15871631_1722731491377676_2952705355839869438_n

(English will follow)

Pour la cinquième année consécutive, une vigile de bruit s’est déroulée devant les centres de détention à Laval pour souhaiter une bonne année aux prisonnièrEs et leur manifester notre solidarité.

Le groupe d’une soixantaine de personnes accompagné d’instruments de musique et de feux d’artifices s’est regroupé devant le pénitencier Leclerc, le Centre de détention pour personnes migrantes, les résidences de transition B16 et le Centre Fédéral de Formation (FTC). Le rassemblement a également été l’occasion de rendre hommage à Arash Aslani, un ex-détenu du Centre de détention de l’Immigration décédé cette année. Il avait entamé, en 2005, une grève de la faim qui avait menée à sa libération après près d’un mois. Il avait continué depuis à s’impliquer dans les luttes pour les personnes migrantes (pour en savoir d’avantage, cliquez-ici). Les conditions de détention des migrantEs au « Canada » sont particulièrement alarmantes, se retrouvant souvent en détention pour des durées indéterminées sans charges ni procès. Il faut également mentionner qu’au moins deux migrantEs sont décédées durant leur détention dans ces centres cette année.

Retour sur la situation à Leclerc – Un an plus tard

Le transfert des femmes de la prison Tanguay vers Leclerc en février passé aura amené son lot de problèmes et de violences envers les détenues, déjà en position de vulnérabilité imposée par un système carcéral sexiste, raciste et capacitiste. Le transfert effectué de façon complètement désorganisé a causé de nombreuses tensions liées à la mixité dans la prison, entre autre, dans les cas de fouille à nue. Le temps absurde pour instaurer les services de base, l’absence d’accès aux effets personnels (allant jusqu’à 14 jours) et le non-respect des conditions de santé des détenues sont des violations graves que l’État se permet de perpétrer en toute impunité.

Il faut aussi mentionner que de nombreux agents correctionnels dans la prison sont des hommes et que le seul effort fait en ce sens est une mince formation de 4 heures sur la réalité des femmes en prison. La Ligues des Droits et Liberté et la Fédération des Femmes du Québec (FFQ) ont réclamé en mai passé une mission d’observation dans la prison, qui a bien entendu été rejetée par le gouvernement, et la FFQ a subit tellement de coupe dans leur subventions (cause d’austérité) que la moitié de l’équipe a dû être mise à pied, se retrouvant dans l’incapacité de continuer les pressions.

Présentement, le ministre de la sécurité publique affirme que l’ouverture de trois nouvelles prisons à Amos, Sept-Îles et Sorel-Tracy permettra de transférer les 84 détenus masculins de Leclerc d’ici à juin 2017. Il a également laissé entendre en octobre qu’il envisageait la construction d’une nouvelle prison adaptée pour les femmes dans l’Ouest du Québec. Cette optique générale du gouvernement ne cherche en aucun cas à s’attaquer au cœur du problème et se situe dans une idée générale de renforcement du système carcéral. Créer plus de prison n’est pas une solution, il faut réduire le nombre de personnes en prison. La moindre des choses serait de réviser les peines pour les délits mineurs et d’explorer d’autres pistes de solution, particulièrement en communautés autochtones, qui sont souvent les plus touchées. Situation engendrant le morcellement des communautés, l’éloignement, et les soumettant à des institutions coloniales qui ne sont pas reconnues dans leurs traditions (justice alternatives, justice spirituelle, etc).

NOUS NE VOULONS PAS DE MEILLEURES PRISONS, NOUS VOULONS LA FIN DES PRISONS!

blog-images-detourees-2-animaux-oiseau-groupe-vol-ombre-2                                                                                                                    blog-images-detourees-2-animaux-oiseau-groupe-vol-ombre-2

Demonstration of solidarity in front of the prisons in Laval for the New Year and return on the situation in Leclerc’s prison

For the fifth consecutive year, a noise demo was held in front of the detention centers in Laval to wish prisoners a happy new year and show them our solidarity.

The group of about 60 people accompanied by musical instruments and fireworks gathered in front of Leclerc penitentiary, the Immigration Center, the transitional residences B16 and the Federal Training Center (FTC). The rally was also an opportunity to remember Arash Aslani, a former detainee at the Immigration Detention Center who died this year. He began a hunger strike in 2005, which led to his release after almost a month. He since continued to be involved in struggles for migrants (To know more, click here). The migrants’ detention conditions in Canada are particularly alarming, often being held for indefinite periods without charges or trials. It should also be mentioned that at least two migrants died during their detention in these centers this year.

About Leclerc’s transfer – One year later

The women’s transfer from Tanguay’s Prison to Leclerc last February brought many problems and violence against prisoners, already in a position of vulnerability imposed by a sexist, racist and capacitist prison system. The transfer carried out in a completely disorganized way created tensions related to the mixity in the prison among others in the case of strip search. The absurd time limit for the provision of basic services, the inaccess to personal effects and failure to respect the health conditions of women prisoners are serious violations that the State allows itself to perpetrate with impunity.

It should also be mentioned that the correctional officers in the prison are mostly men and that the only effort made in this direction is a simple 4 hours training on the women’s reality in prison. The League of Rights and Freedoms and the Fédération des Femmes du Québec (FFQ) asked for an observation mission to the prison in May, which was rejected by the government and the FFQ subsidies were cut due to Austerity measures. In result, half of the team was laid off, letting them unable to continue the pressures.

Currently, the Minister of Public Safety says that the opening of three new prisons in Amos, Sept-Îles and Sorel-Tracy will help transfering the 84 male prisoners of Leclerc by June 2017. He also suggested in October that he was considering the construction of a new prison adapted for women in western Quebec. This general approach of the government doesn’t seek to tackle the core of the problem and is part of a general idea of strengthening the prison system. Creating more prison isn’t a solution, it’s necessary to reduce the number of people in prison. The least would be to revise sentences for minor offenses and to explore other solutions, especially in indigenous communities who are the most affected. The actual situation creates the fragmentation of their communities, remoteness and subjects them to colonial institutions which are not recognized in their traditions (alternative justice, spiritual justice, etc.).

WE DON’T WANT BETTER PRISONS, WE WANT THE END OF PRISONS!

 

Publicités

2 réflexions sur “Manifestation de solidarité du Nouvel An devant les prisons à Laval et retour sur la situation à Leclerc

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s